Le CISP, traduit comme « Comité international pour le développement des peuples » est une organisation non-gouvernementale européenne de droit italien, fondée en 1983 et dont le siège est à Rome. Le CISP c’est toute suite positionnée auprès de l’Algérie depuis 1984 à ce jour, sur la question des réfugiés sahraouis accueillis par l’Algérie à Tindouf. Se soutien se traduit par la restauration des écoles, le monitoring de distribution alimentaire, le développement de manuels scolaires et dans l’appui au secteur de la santé. Elle s’est également mobilisée pour soutenir les personnes victimes de catastrophes naturelles, notamment lors des innondations de Bab El Oued en 2001 et après le tremblement de terre de Boumerdès en 2003. Ceci s’est réalisé à l’aide des différentes collaborations et conventions de partenariat avec les acteurs étatiques, telles que les ministères de la solidarité, de la santé et de l’éducation.

Pour la Promotion des Droits et de la Cohésion Sociale en Algérie

Sur le terrain, les projets du CISP en Algérie s’appuient sur les ressources et compétences locales avec un important travail de sensibilisation, de mise en réseau, de plaidoyer sous diverses formes, mais également de formation avec des partenaires issus de la société civile ou des pouvoirs et institutions publics. La Déclaration d’intention du CISP définit les secteurs prioritaires d’intervention suivants : - Le droit à la sécurité sociale et économique c’est-à-dire le développement des possibilités de revenus, la migration, le développement et la sécurité alimentaire. - Le droit à la santé à l’accès à l’eau et à l’assainissement. - Le droit à un Futur c’est-à-dire les droits des enfants, des adolescents et des jeunes et la valorisation de l’environnement et des ressources naturelles. - Le droit à l’assistance humanitaire dans les situations d’urgence et de premières reconstructions. - Le soutien aux politiques publiques favorisant la cohésion sociale et la société civile.

Les priorités stratégiques du CISP

Concrètement, sur le terrain, les efforts du CISP visent à : - Catalyser les ressources humaines et matérielles existantes dans les pays bénéficiaires. - Activer des processus de développement local et « aider les bénéficiaires à ne plus avoir besoin d’aide ». - Assurer la durabilité des interventions et des prestations produites. - Soutenir les processus pacifiques dans un contexte marqué par une désintégration du tissu social et économique. - Soutenir les programmes et les politiques de promotion du développement et de l’inclusion sociale. - Promouvoir la transparence de la coopération au développement et de ses résultats, en faisant de l’évaluation une activité prioritaire.

Activités principales et domaines d’action prioritaires

En collaboration avec différents acteurs locaux, publics et privés, le CISP réalise des projets d’aide humanitaire, de réhabilitation et de développement dans plus de 30 pays en Afrique, Amérique latine, Moyen-Orient, Asie et Europe de l’Est, tandis que dans les pays de l’Union Européenne, celui-ci promeut des initiatives en matière de politique culturelle, de soutien à la solidarité internationale et de valorisation du rôle des diasporas dans le développement de leur pays d’origine. En Algérie, le CISP est présent dans les camps sahraouis à Tindouf depuis 1984. A la fin des années 1990, le CISP s’est mobilisé autour d’intervention auprès de personnes victimes de violences, notamment à Bentalha et à Bordj El Kiffan. L’organisation est depuis présente dans différents pôles avec pour axe central la « cohésion sociale ».

L’approche du CISP

Depuis 1997, l’identité stratégique, les valeurs et les objectifs du CISP sont énumérés dans deux documents : la Déclaration d’intention, intitulée « Pour les droits et contre la pauvreté » et le Code de conduite pour les programmes de coopération du CISP disponibles sur son site web. Les approches et priorités opérationnelles du CISP ont émergé à partir d’un constat : nous faisons face aujourd’hui à une « question sociale mondiale », dans les pays du Sud comme ceux du Nord, faite de pauvreté, de chômage, et de déni de droits. Le CISP intervient de concert avec les différents acteurs pour défendre les droits et la dignité des populations et des communautés partout où ces droits sont déniés. Pour ce faire, le CISP mobilise les ressources et énergies nécessaires auprès de ceux qui partagent les mêmes objectifs. Les priorités du CISP sont construites autour des objectifs principaux que sont la revendication des droits et la lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale.

Parmi les publications du CISP en Algérie

Le CISP produit des publications diverses ainsi que du matériel audio-visuel et met en place des études d’évaluation et des enquêtes de terrain pour accompagner ses projets.

Outils Pédagogiques :

  • Manuel « Je Vote » le vote, mode d’emploi : un ouvrage didactique de soutien à une démarche de participation citoyenne en direction des jeunes.
  • « Les carrés genre », outil d’animation en direction de jeunes et d’adultes sur la question du genre. - « Jeu de coopération », outil d’animation et Fiches pédagogiques pour l’apprentissage d’habilités sociaux et la prévention de la violence.
  • « Graine de Citoyen », éducation à la citoyenneté et au respect des droits humains.

Rapports et études :

  • « Les associations Algériennes, des acteurs émergents en quête de reconnaissance », étude sur la plus-value socio-économique des associations algériennes dans le développement, Dj. Benramdane 2015.
  • Un regard sur les Droits humains : « Droits de l’Homme et changement social », syllabus des formations au certificat des droits de l’Homme 2013-2014.
  • « Apprendre à vivre ensemble », enquête sur les expériences de terrain du CISP de la prise en charge de traumatismes et la question « du vivre ensemble », G. Mouffok, 2012.
  • « De Proche en Proche », Corpus théorique des actions du CISP sur le travail de Proximité et le travail thérapeutique de réseau en Algérie, S. Hellal, J-M. Lemaire, 2008.
  • « Un regard Algérien sur les droits humains », projet « Citoyenneté et reconstruction du dialogue », capitalisation des activités de la Maison des droits de l’homme et du citoyen de Tizi-Ouzou, 2007 et 2008.

Œuvres Littéraires et artistiques :

  • « La nuit sur la figure », portraits de migrants, photographies de Kays Djilali, textes de Mustapha Benfodhil, préface de Yasmina Khadra. 2007.
  • « A fleur de silence », Photographies de Anaïs Pachabézian sur l’après « décennie noire », préface de Maïssa Bey

Voir Aussi Nos Autre Partenaires

FARD

L’acronyme de FARD, soit « Femmes algériennes revendiquant leurs droits » compose un mot arabe qui signifie « obligation » ou « condition » [...]

SOS FEMMES EN DÉTRESSE

Créée en 1991 par des moudjahidates et des femmes et hommes de la société civile, l’association nationale SOS Femmes en détresse [...]

Retrouvez sur les reseaux